• CC-BY-NC-ND Julie Kertesz, Un gosse à Paris

Au pas !

Au pas tu dois
marcher sans te retourner
mais toi tu vois
les romanos danser
et sur les toits
les chats qui
sont les plus gais
sont ceux qui ne se laissent pas dresser

Des jours entiers à traîner
à la baraque à frites
mais tu crois quoi toi la vie ça se mérite
toi tu comptes en tagadas, en billes, en chocapics
quand la seule unité qui vaille c’est le fric

Il faut rester cul vissé sur les bancs de la république
le premier qui bouge sera fiché dyslexique
les supermans, les edisons et autres zidanes rétifs
glisseront au tiroir des hyperactifs

As-tu déjà passé l’examen des deux mashmellows
Dieu sait s’il en dit long sur ta personne
Si tu attends sans siller les ordres de là-haut
tu sauras cultiver tes stock-opchionnes

Pour ça au pas tu dois…

Reviens là pour faire la preuve
de ta maturité
vomis-nous la table de sept sans respirer
change-nous ces dents de lait
pour des dents de loup acérées
tu pourras rayer bouffer le monde entier

S’il le faut, c’est pour ton bien,
tu redoudoudoubleras
tu deviendras bègue tel Saint-Pierre qui par trois fois
a fait répéter son boss incrédule et scélérat
comme lui simple portier tu finiras

Sais-tu au moins ce qu’est la compétitivité
c’est une vertu toute génétique
et pour sauver les âmes des éléments tarés
on brule un cierge aux déesses pharmaceutiques

Oui car au pas tu dois…

(T: Bocq / M: Renaud)

Category

Compos

No Comments

Post a Comment